[Quand rien ne va... ]

Img 5189

Quand rien ne va, les chevaux savent nous le faire savoir. A nous ensuite d'apprendre à nous arrêter, de nous poser, de nous questionner sur nous-même et sur ce qui nous entoure. Hors, ce weekend, j'ai voulu me prendre pour quelqu'un que je ne suis pas et j'ai poussé mes propres limites jusqu'à aller trop loin. Trop loin avec les autres, trop loin par rapport à moi-même. Je vous raconte... 

 

 

 

 

Vous ne me connaissez peut-être pas, mais je suis une personne qui aujourd'hui, aime méditer, gère ses émotions, gère sa personne et sait être détendue, observatrice. Je communique avec les animaux mais cette capacité n'est pour moi encore pas naturelle. Hors ce week-end, il s'est passé quelque chose en moi qui m'a poussé à braquer Rina (voir photo). Je monte dessus sans son accord, elle me jette, je retourne la voir lui faire quelques câlins mais au fond de moi je bouillonne. Je sature. Cet épisode (voir article MAI 2017) a poussé une soupape en moi, quelque chose que j'ignore encore aujourd'hui. Je décide que le lendemain, je la ferais travailler. Travailler oui, mais comment ? Mon idée de la faire travailler partait, après de longues heures de réflexion post-dégât, d'une mauvaise intention. Rina venait de me contredire, de me faire comprendre qu'elle ne voulait pas de moi, qu'elle refusait simplement de se soumettre à moi. Ma nature humaine est revenue. Je n'aime pas la contradiction. 

Le lendemain donc, je la fais attacher et je décide de lui parer les pieds, quelque chose qui, jusque là ne lui posait aucun soucis, surtout avec moi. Ce jour-là, elle s'est totalement braquée. Je l'ai engueulée. Elle sentait certainement mes intentions profondes (que je ne saurais nommées) et devait sentir ma tension face à elle. Je me suit mise en colère, elle m'a fait mal, ce qui m'a fermée d'autant plus. La colère piquante telle de la moutarde, j'ai continué. J'ai continué alors que je savais PERTINEMMENT qu'elle n'était pas encline à ce genre de travail, qu'elle n'en n'avait jamais fait, que je n'étais pas dans un bon jour, que j'avais moi-même un blocage à ce moment. Je l'ai fait tourner en longe. 

Oui, mais tournée de façon suffisamment brutale pour la braquer. Elle refuse d'avancer, petit coup de stick. Encore une fois ? Re-coup de stick et ainsi de suite jusqu'à ce que le stick claque. Mon ventre se tord. Je n'aime pas être ainsi, je devrais m'arrêter, mon fond intérieur m'ordonne de m'arrêter mais je suis en colère et cette colère est bien plus viscérale, Rina n'en n'est pas la cause, mais elle en sera le témoin premier. Je m'agace sérieusement, je suis intenable. Mon comportement m'écoeur, je me fais du mal à moi-même mais Rina subit. Elle me montre le cul, me menace, me prévient et me jette. On se bat toutes les deux. Je suis au bout du rouleau, je craque...

Je m'assoie, je n'en plus, pas davantage, je n'aime pas qui je suis à ce moment-là, Rina se méfie de moi. Qu'ai-je fait ?! Que ce passe-t-il ? Dans mon esprit à ce moment-là c'est la confusion, je réalise pleinement mes actes. Je m'en veux, mon ventre se tord et se contracte. Rina me regarde. Je fond littéralement en larmes. Guillaume, qui prenait des photos, part. Il part, il ne comprend pas non plus mon comportement vis-à-vis d'une ponette avec un coeur aussi énorme. Moi-même je ne nous reconnais plus. La douleur est lancinante, attroce, je pleure toutes les larmes de mon corps mais c'est trop tard, le mal est fait. Que m'est-il arrivé... ?

 

Ce soir encore mon comportement me fait du mal mais j'ai pris du recule. Je ne l'ai pas battue non plus, elle n'a pas morflé bien que sur le moment, entre mon conflit intérieur et celui avec Rina m'ont montré une réalité bien plus grave : Si j'arrive aujourd'hui à me reconstruire, le fond de moi-même est encore nécrosé, mes soucis refond surface face aux animaux qui savent me le faire comprendre. Rina n'a fait que m'aider, a fait sortir en moi ce qui n'allait pas. Il est temps pour moi de réagir de façon censée et de régler la cause avant de gérer les conséquences. Encore un travail dur et de longue alhaine... 

 

17797548 158240671366121 515526820 o 1

équitation débat Cheval Ethologie humeur billet d'humeur

Ajouter un commentaire