|| EXTRAIT || "Savoir écouter les chevaux" de Alandra Moro-Buronzo

95e69bb4f33e89ea12b4d6d55e997f8777090822

Écrivain et journaliste parisienne, Alessandra est envoyée dans les Alpes italiennes pour faire un reportage sur le monde équestre. Elle part avec des images plein la tête, elle va en fait découvrir un monde hors du temps, où respect, chaleur, profondeur et connaissances des chevaux ouvrent de nouveaux horizons.

Comme il l'a lui-même appris auprès des Indiens d'Amérique, Renato, l'homme qui murmure à l'oreille des chevaux, va emmener Alessandra dans une randonnée sensible en montagne et lui transmettre une manière différente de rentrer en contact avec les chevaux et la nature.
Renato livre au fil des pages son savoir sur les chevaux et sur l'univers qui les entoure, ce qui lui permet de s'enrichir.

Témoignage sensible d'une rencontre entre deux mondes et voyage initiatique vers l'écologie profonde .Ou comment l'équitation peut pour permettre d'entrer en contact avec la nature et comprendre à quel point on en fait partie.

La philosophie du centre 

Un bon cavalier est comme un bon père, car il est capable de comprendre la valeur de l'équilibre et il sait que la violence n'ouvre de voies ni positives ni constructives. 

<< La philosophie de notre centre, le Silverado, peut se résumer dans une seule phrase : l'équitation est communication >> dit, calmement, la voix ferme, un grand monsieur aux yeux bleus et à la barbe aux reflets blanchâtres. Sans m'en rendre compte, je suis arrivée devant la maison en bois et je suis à présent sur la terrasse, à côté d'un petit groupe de quatre personnes attentives à ses paroles. 

La communication est un sujet qui m'intéresse et qui m'a toujours passionnée. Il s'agit d'un des thèmes dont on parle le plus à notre époque. Tout le monde veut communiquer, même si peu de personnes y parviennent véritablement. Et voilà qu'à ma grande surprise, j'apprends qu'on s'intéresse à la communication, même à la montagne ! Malgré la méfiance et la prudence de mon esprit logique, je décide d'écouter mon intuition qui me suggère de prêter attention moi aussi à cet homme. 

En rassemblant un peu mon courage, je m'approche encore et m'intègre au petit groupe. Oubliant ma timidité habituelle en présence d'inconnus, j'entends une question sortir de ma bouche : << Monsieur, povez-vous nous en dire davantage ? >>. Le ton utilisé ne doit pas être très sympathique, à en juger par les yeux qui se tournent vers moi. J'ai presque honte, comment ai-je pu sortir cette phrase sans réflechir ?... Je voudrais m'excuser. Je suis là pour essayer de comprendre, trouver un sujet pour mon travail. C'est ma terrible habitude de poser des questions, de vouloir savoir, de creuser en profondeur. J'essaie de dire tout cela avec un regard qui s'adresse, une à une, à toutes les personnes présentes. 

<< Enchanté. Renato Riccardi >>. Le gran monsieur me tend la main en se tournant vers moi, pas du tout gêné par ma question. Il est vêtu d'une sorte d'uniforme vert foncé, et porte un magnifique chapeau blanc, comme les cowboys. Mise à part sa taille, bien supérieure à la mienne, il n'y a rien de vraiment impressionnant en lui. Il est accueillant, le ton de sa voix est courtois, même s'il fut avouer que sa carrure impose naturellement du respect. Reconnaissante pour son geste de courtoisie et d'ouverture, je suis serre vigoureusement la main, soulagée d'avoir été << acceptée>> et introduite dans la conversation. Avec un calme contagieux, il continue sa réflexion, indépendamment de ma question, comme s'il ne l'avait même pas entendue. 

<< Vous devez savoir >> dit-il, avec un regard qui semble aller au-delà de ma personne, << qu'il s'agit d'une forme de communication tellement raffinée et si difficile à réaliser, qu'elle permet à la personne qui la met en pratique, de grandir sur un plan personnel >>. La voix reste calme, l'image de l'homme qui poursuit avec générosité, sans compter son temps pour satisfaire notre soif de savoir et combler nos lacunes. 

<< Le cheval est un être sincère et, à la différence de l'homme, il n'a pas d'objectifs cachés. L'Homme, par contre, veut soumettre le cheval et quand il n'y arrive pas, il se met en colère. Les hommes ont malheureusement l'habitude de croire qu'ils peuvent toujours gérer leur vie. Ils ont l'illusion -ou peut-être on leur laisse croire-, qu'ils ont la capacité de maîtriser les événements, qu'ils sont les seuls maîtres de ce qui leur arrive. Ces illusions tombent, une fois à cheval, quand ils sont obligés de changer leurs attitudes et leur façon de faire, car ils entrent en contact avec une force qu'ils connaissent mal ou pas du tout. C'est un moment de crise, le doute s'installe. Tous les points de repères auxquels ils étaient attachés tombent les uns après les autres. Il faut considérer ce moment de la vie comme une chance qu'on a à notre portée; nous avons en fait la possibilité de changer et de comprendre qu'il faut apprendre à communiquer avec l'animal, si nous voulons réussir >> conclut Renato. 

Je regarde autour de moi, il règle un grand silence. Je constate que le nombre de personnes a augmenté et que tout le monde est attentif aux mots qui flottent toujours dans l'air, avec gentillesse et fermeté. J'écoute, je ne perds pas un seul mot de ce discours, je commence à apprendre quel est ce type de communication entre l'homme et le cheval qu'il faudrait être capable de mettre en place pour pratiquer l'équitation, du moins celle que l'on enseigne ici, d'après ce que je comprends. 

Renato poursuit en mettant en évidence l'importance du tact. 

<< [...] >> a suivre ! 

 

17797548 158240671366121 515526820 o 1

équitation Observation lectures vegan être végane Ethologie Cheval débat

Ajouter un commentaire