JUIN 2017 || Que de douceur ce mois ci !

Img 5421

L'été est une saison de tous les délices mais surtout, par chez nous, c'est le début des belles sorties, c'est le début des câlins au couché du soleil, le début des visites à 5:00 du matin, voir si tout le monde va bien. La vie reprend son cours, c'est agréable et paisible. C'est notre vie. 

 

 

02 Juin 2017 | Orties & câlins
 
Ce soir j'arrive vers 17:00. Les filles sont au Parc du Jack donc on y va. On remet un peu d'eau et Teddy prend la serpe pour couper les orties du haut du parc. Pendant ce temps je câline tout le monde et Nina me fait une nouvelle figure: la voilà qui lève le postérieur pour que j'ai davantage de place pour gratter les mamelles. Elle n'a pas fini de m'en faire voir. J'ai aussi pris du temps pour Tartine et Golfite mais la blonde avait le feu aux fesses et trottait et galopait à tout bout de champ donc je n'ai pas cherché plus loin. On est rentré après une bonne heure avec les filles.

03 Juin 2017 | Balade & liberté !
 

Juin 2017


Ce matin je me lève à 05:00. J'ai prévu de faire une balade ce matin (balade de Virine) mais comme elle est relativement longue, qu'on reste à pied et qu'il fait chaud, il vaut mieux partir tôt. A 06:30 on va chercher les juments pour les mettre autour du chalet. On passe donc devant l'étalon. Tartine faisait la belle et était un peu trop excitée à mon goût, j'ai même dû me fâcher pour la remettre à sa place. Le reste du temps tout s'est bien passé et on arrive sans encombre. Je prépare les sacs (boissons, gâteaux), je retire le licol plat de Tartine pour lui mettre le Side Pull rouge et c'est parti. Il est 07:30 quand on décolle. Teddy m'a proposé de faire la balade de Virine. Une balade qui fera du bien à tout le monde, dans la fraîcheur forestière, le calme mais très sportive. Une balade qui fait donc environ huit kilomètres avec des pentes et des côtes, une route à traverser. Dès le départ Tartine est en liberté. Je prends d'abord Golfite qui a tendance à être difficilement gérable. A 30 ans, la vieille garde ses sales habitudes et son énergie débordante, parfois très fatigante. Pour le coup ça allait. On monte donc jusqu'au champ du haut dans lequel je m'amuse à trotter avec Golfite. Tartine nous suit de très près en galopant, oreilles en avant et crinière au vent. On traverse le mini sous-bois pour atterrir dans « la carrière des renards ». Tartine trotte la gueule en l'air la queue en panache et je peine à retenir Golfite. C'est une gentille jument mais qui aime galoper. Elle ronfle, elle tourne en rond, part au trot et manque chaque fois de me bousculer. Teddy reprend donc sa vieille et moi je reprends ma Nina. La blonde nous suit, laisse de l'écart pour revenir au galop, elle est libre et heureuse. On rentre dans le bois, Nina me donne tout ce qu'elle peut malgré son apathie légendaire et Tartine fait beaucoup moins la maline. Au bout d'une trentaine de minutes je rattache la blonde car on doit traverser une route fréquentée. Elle écoute bien, je la lâche plus loin. Un moment donné on passe une flaque d'eau que les vieilles enjambent sans encombre mais Tartine glisse et se retrouve les quatre fers dedans. Je suis partie en fou-rire, elle avait l'air toute abrutie, elle n'a pas compris ce qui lui était arrivée. Encore vingt minutes et on s'arrête sur le chemin des deux grumes (Valérie s'en souviendra sûrement ) pour manger et boire. Golfite n'a pas arrêté de gratter par terre, elle ne sait pas s'arrêter, elle est débordante d'énergie. Les deux autres broutent. Teddy me demande si on prend le chemin direct pour rentrer où si on va au pied de Virine. Ni une ni deux on reprend les filles et on va à la Croix. Nina m'a mise en colère pour toujours mettre la tête par terre, impossible d'avancer normalement et la chaleur se faisait sentir. Sur la route je prends les deux grosses et on se pose sur les tables en dessous de la croix. Les filles se sont endormies, nous on a bu et mangé avant de repartir. Au retour Tartine s'est tapé un énorme galop dans le champ, nous a dépassé et est partie dans la forêt. Bizarrement ni Teddy ni moi n'étions inquiets. Moins d'une minute après on l'entendait hennir et elle est revenue au petit trot la queue entre les jambes. Je l'ai engueulée, elle a baissé la tête en me regardant du coin de l'œil (comme les gosses) avant de reprendre sa besogne. Le reste de la balade s'est très bien passé, des juments au top malgré un étalon bien énervé puisqu'on est repassé devant. On les a remise autour du chalet, j'ai curé les pieds à Nina (c'est d'ailleurs étrange mais Nina est la seule à avoir les pied sales en permanence, pleins de terre et de cailloux....) et j'ai mis l'eau dans les seaux. Nina en a profité pour prendre une bonne douche après l'effort et sous la chaleur. Deux heures de balade au calme, dans l'effort malgré tout et dans la paix ! Les balades à cinq c'est tellement rare qu'on en profite.  

04 Juin 2017 | travail et Chevreuil.

Juin 2017
 
Après ces deux belles journées de détente c'est à moi de travailler un peu. Le matin je rallonge les fils de façon à redonner un peu d'herbe aux filles. Pendant qu'elles grignotent on part chercher le post électrique et les gamelles. J'ai passé une grande partie de la matinée à briquer les gamelles avec de la laine de fer et du produit vaisselle. J'en ai profité pour remplir les seaux des juments. Ensuite je décide malgré tout de mettre les grosses dans leur parc et comme il a plu toute la nuit, elles ne mourront pas de soif d'ici une à deux heures. On fait à manger et directement après on va mettre l'eau et les gamelles. Pendant que Teddy s'en va, je passe une heure à jouer de la serpes sous les fils . J'ai des cloques à la base des phalanges, j'ai chaud mais je termine !! Ensuite je rentre et je m'occupe un peu de bébé chat qui a bien grandi... Un mal me prend, j'ai sûrement pris trop le soleil, je suis coincée couchée sur le canapé. Je suis restée dans une torpeur désagréable une heure avant de reprendre mes esprits et me remettre au boulot . J'ai une bonne vingtaine de crottins à retirer du terrain, il fait chaud mais je termine. Vers 18:00 je pars voir les abeilles pour les filmer et les prendre en photo (avec un 18-55mm, j'étais très, très proche!) mais tout s'est vraiment bien passé, j'ai même eu droit à la compagnie de Barth pendant plus d'une heure. Teddy me rejoint quand il rentre et on redescend au chalet. Je grignote un truc, lui veut aller dormir du coup moi je ressors, prend licol et longe et vais chercher Tartine. Au départ c'est toujours compliqué, je dois mettre les codes et règles en place, c'est à dire qu'on part se balade et qu'on va pas forcément juste mettre la tête par terre. Golfite a galopé mais s'est vite calmée et Tartine a été rapidement attentive à moi. Pour l'allée je l'ai prise en licol, voulant la détendre de la veille. On monte la côte pour atterrir dans le champ du haut. Là on trotte, je veux l'amener au galop mais elle refuse et fait un trot de trotteur, je la laisse donc brouter un peu. On avançant, je vois comme une biche dans le bas du champ. Je reste cinq bonnes minutes à la regarder, mais comme ça ne bouge pas je décide d'aller voir (pensant que finalement ce n'est qu'une branche). Arrivée à 300m du chevreuil, un lapin traverse devant nous pour rentrer dans le sous bois. Le chevreuil regarde et revient à nous. A 100m de la bête, elle a choisi de rentrer doucement dans le bois. Nous on continue notre route, là elle s'énerve, elle galope, trotte et rue, une vraie débile qui respect malgré tout. On fait demi-tour et je la lâche. On a fait un super grand galop dans le champ du haut. On redescend la côte mais arrivé au milieu elle se met à galoper, me dépasse et m'abandonne seule... Aucune frayeur sachant qu'elle reste toujours en bord de chemin et qu'elle s'arrête aux copines. Je la rentre et la trotteuse part au galop, coup de cul, Tartine suit le mouvement. Une super soirée. 

 

 

05 Juin 2017 | Balade, abeilles et hérisson !?
 
Ce matin, 5:30 debout! Hier, j'ai un peu saoulé Teddy pour qu'on reparte en balade ce matin pour profiter des beaux jours et de la bonne santé de tout le monde. Finalement on a un peu traîné au petit-déjeuner en réfléchissant à notre itinéraire, au side-pull que je mettrais à Tartine, aux chaussures les plus appropriées et à ce qu'on mettrait dans le sac. Du coup, ça nous a fait partir a 8:30 mais il faisait encore bien frais suite à la pluie de la veille. Une bonne chose donc. La balade d'aujourd'hui fera pas moins de huit kilomètres, on passera par la voie Saint-Pierre, la ferme de Dama, on contourne et remonte vers la cabane de chasse et ça nous fait reprendre la Carrière des Renards, le Champ du Haut. Dès le départ, l'ambiance est pesante. Tartine refuse de sortir du parc, Golfite me fait tourner en rond et me traîne, Nina ne veut pas lever la tête et a décrété de rester là pour brouter.... Au bout de quelques minutes on se met enfin en route mais Teddy n'est clairement pas d'humeur. Il veut prendre Nina donc je lui laisse mais n'arrête pas de crier pour qu'elle avance et arrête de brouter (c'est pas comme si elle n'avait pas à manger...) Golfite n'a aucun respect pour moi, elle me bouscule, me traîne, se met à faire des tours sur elle-même et Tartine qui ne nous suit pas. Du moins, pas moins de 100m la sépare de nous et j'ai la sensation que la liberté lui donne tous les droits. Finalement elle nous rejoint au galop puis au trot. Cette fois, on prend le chemin d'en face et on ne tourne pas dans le champ. Là, Nina recommence à mettre la tête par terre, la longe craque, Teddy craque, Golfite craque... !!!! On s'arrête. Stop, ça ne peut pas continuer comme ça. Je remets la longe en place, je laisse Golfite à Teddy, je prends Nina et la situation se délie. Il y a des jours avec et des jours sans, où parfois on a besoin de s'imposer un peu pour que l'harmonie reste, que les règles soient respectées dans une mesure de liberté donnée. A partir de là, Tartine nous colle aux fesses (c'est fou comme la forêt resserre les rangs!) et tout le monde se sent bien. Les vingts premières minutes en forêt se passent bien, il y a des branches, des trous, des ornières, c'est un terrain parfaitement accidenté pour que chacune fasse l'effort de rester debout et attentive. Tout le monde est silencieux. On arrive à la voie Saint-Pierre. Teddy m'explique ce nom : car il y a de nombreuses pierres et de nombreux restes de murs, significatifs de la présence d'un château ici. Pour moi, c'est surtout LE lieu où ma vie a basculée en Janvier 2013 lorsque mon père m'a téléphoné pour savoir si je voulais venir vivre chez lui... Je passe au-dessous de mes pensées et on commence à descendre la voie. C'est très glissant, mes chaussures sont dégueulasses mais Nina est calme, on est bien loin derrière les autres mais tant pis. Arrivé sur une espèce de place, Teddy propose de filmer mais il se met vite en colère car il galère à allumer l'appareil, il menace de faire demi-tour, monte sur ses grands chevaux, recommence à être terriblement désagréable mais ça lui passe vite. Au lieu de suivre le chemin (tout beau tout neuf) on prend un petit chemin de forêt sur la gauche que je n'avais jamais vu. On avance et on débouche sur un très bel espace herbagé, au calme et loin de toute civilisation. Tartine était aux anges ! Nina avance d'un super bon pas et Golfite est quelques mètres devant moi. On aperçoit un chemin que je ne connaissais pas mais Teddy s'enjoue et me dit qu'à l'époque, ce magnifique chemin était un pauvre passage en terre et en cailloux. Pour le coup, c'était très agréable. On continue et je retrouve mes repères, on avance vers la ferme où Nina est née et où elle a fait un poulain mais aussi où se trouve un magnifique étalon. Un bon kilomètre avant, les juments se sont mise à hennir l'une dernière l'autre, Golfite la première. Ma blonde est restée très discrète. On prend ensuite la route à gauche (goudronnée, toute neuve) et la j'attache Tartine mais plus moyen de la faire avancer, elle commence à subir la chaleur. Teddy me donne la trotteuse et lui prend les grosses. Et bien ça change de rythme. Je pense que j'irai faire mes joggings avec elle !! On arrive à la patte d'oie, on prend à gauche sauf qu'un tracteur arrive derrière nous. On avance un peu plus vite mais il continue à nous suivre. Teddy trouve une place sur le bas côté tandis que moi, j'essais de me caler dans l'herbe mais la vieille con ne veut pas s'arrêter. J'ai bataillé mais le fermier a été très gentil et patient. On continue et on s'arrête à la baraque de chasse où on laisse brouter les filles. C'est fou mais tous les chemins sont refaits, c'est magnifique ! J'en ai plein les pattes mais il reste au moins une demi heure avant de rentrer. La chaleur commence à taper, on ne doit pas trop traîner. Du coup Teddy relâche Tartine et on rentre dans le bois. La fraîcheur est encore là, on en profite, Golfite et moi courons un peu mais la vieille débile fait un espèce de galop/trot désagréable et je suis incapable de suivre. On ralenti le rythme, je dois la brider avec le licol pour qu'elle se calme. Un moment donné je m'enfonce dans le bois tandis que Teddy reste sur le « chemin » et je trouve un cèpe. Puis deux, puis trois. J'ai mon repas du midi. Tartine nous suit de près mais très vite Golfite s'emballe, on arrive à l'entrée du champ et qui dit champ dit galoper plein cul. Je bride la vieille au maximum (faut la tenir mine de rien) alors que Tartine galope dans le champ comme une débile. Elle me fait rire et me met en joie d'être aussi douce et respectueuse. On rentre au parc sans problème. On rentre à 11:00, on mange. De 13 à 15:00 j'ai bouquiné dans le parc avec les filles. Nina est venue me faire plusieurs câlins et un moment donné j'ai eu très peur qu'elle vienne se coucher sur moi. Je lui ai tapoté le vendre du pied si non, j'étais écrasé. Ensuite je suis allée donner à boire aux abeilles, c'était vraiment très sympa. J'adore le coin des ruches en face du champ du Haut, c'est agréable et les abeilles ne sont vraiment pas sauvages ! Je suis rentrée chez moi vers 18:00. 




 
09 Juin 2017 | Câlins et tourne, tourne, tourne ...
 

Ajouter cette vidéo à mon blog


Ce soir encore, j'arrive assez tard, vers 17:00. Guillaume et Elisa arrivent peu de temps après. D'abord on va voir les filles pour leur donner un big-bag de foin après l'orage de grêle. Elles étaient toutes propres et bien lissées. Golfite suivait à mon épaule et étonnamment me suivait au pas, au trot, revenait au pas toujours à mon épaule.... J'étais agréablement surprise. Je crois qu'on commence réellement à se rapprocher. Je reste un peu avec elles, le temps de retrouver tout le monde. Tartine n'est pas très câline (le foin, c'est toujours meilleur que les câlins....), Nina m'a demandé de lui gratter les mamelles et Golfite bizarrement s'est laissée toucher la tête sans broncher. Guillaume lui jouait avec Barth qu'il faisait tourner en rond comme une bourrique. Pauvre chat ! On rentre et après manger, vers 21:00 avec Guillaume on va prendre des photos. J'ai été très surprise de voir la bonne humeur des trois grosses, de les sentir si proches de moi. C'est Nina qui, comme d'habitude, à le plus de grattouilles mais Golfite est venue tout près et Tartine, c'est légendaire, s'approchait de façon à ce que Nina dégage. Ma vieille ardennaise ce soir à choisi l'encolure, comme les poulains, et elle a adoré ça ! Après peut être un bon quart-d'heure elle en a eu marre et s'est placé de façon à me dire « grattes les mamelles maintenant ! ». Mais je n'avais plus de jus donc on est rentré mais... (il y a beaucoup de « mais » aujourd'hui!?) la clôture claquait subitement à trois endroits. A deux on a pris une dizaine de minute pour trouver, réparer, réessayer. Cette fois-ci je suis rentrée et j'ai joué avec mon bébé chat. 

 
 
 
10 Juin 2017 | Rina & changement de parc.

Juin 2017


Aujourd'hui on a beaucoup de boulot. Dès le matin on apprend que Teddy ne sera pas là cet après-midi, ce qui veut dire qu'on a uniquement la matinée pour tout faire. Elisa, Guillaume et moi prenons les juments en licol pour les amener dans le petit terrain à côté de chez le voisin. On met ensuite 60L d'eau et c'est parti. On monte au petit verger pour défaire les fils, les piquets, trier les fils qui sont tous différents, on vide et nettoie les bacs d'eau. Ensuite on part au terrain des box. Là on doit démonter toute la vieille clôture pourrie, jouer de la serpe et de la tronçonneuse là où passent les fils, remettre une clôture toute neuve, placer les bacs d'eau et remplir l'eau et, accessoirement, couper les chardons, les orties, les pampas, etc. qui se trouvent dans le parc. Nico et son gamin sont venus nous voir et nous donner un petit coup de main, ce qui nous permet de finir à temps. L'été, c'est assez magique parce qu'on retrouve vraiment toute l'équipe, Guillaume, Elisa, Nico, Mag, Teddy et moi. Une fois terminé, on rentre. Il est 11:30. On prend l'apéro sur la terrasse, on discute mais Teddy ne va pas tarder à partir, on doit manger. L'après-midi, sous la chaleur, on ne sait pas quoi faire du tout. Les juments sont amorphe, nous aussi. Elisa part jouer chez Mag, Guillaume et moi on reste ensemble. D'abord on choisi d'aller voir Rina et les ânesses. Elles étaient contentes de me voir, surtout Lionne qui m'a sautée dessus, qui m'a fait beaucoup de câlins et qui manquait de se coucher sur moi. Hypocras avait un peu de mal à gérer ma présence, entre l'excitation du jeu et sa méfiance légendaire et artifice toujours dans son coin qui est venue vers moi avant de partir, on a fait un énorme câlin bien appréciable. Et puis Rina. Depuis la dernière fois, Rina et moi, on est plus aussi complice. Je le savais, ce n'était pas une grande surprise. Je dirais que la ponette était hyperattentive et faisait très attention. On a quand même fait des câlins, des grattouilles et ça s'est très bien passé mais ce n'est plus pareil qu'avant. Ensuite on a décidé d'aller voir le beau travaille de Guillaume qui a passé le rabot dans les crottins et on est monté aux abeilles. J'adore aller là-bas, c'est l'extase à chaque fois. Pas moyen de prendre une quelconque photo, des abeilles trop nombreuses, trop rapides, qui travaillent sans relâche. Comme Guillaume n'était franchement pas à l'aise on est redescendus. Lui est allé chez Mag et moi j'ai fait des allers-retour pour remettre 50L d'eau au seau. Nina voulait des grattouilles aux mamelles, Golfite m'a laissé lui caresser la tête et Tartine dormait. Fin de journée Nico et Mag mangent à la maison, on fait un barbecue, on fait la fête. Je retourne voir les filles dans la nuit, Tartine était tellement belle, aux aguets, l'encolure haute et gonflée, oreilles bien en avant, attentive. Un vrai bulldozer. J'ai fait un bisou et on a fini la soirée à 01:00 passé du matin. 



11 Juin 2017 | On profite calmement. 

Juin 2017

06:30 debout. A la base on devait faire une balade à pied tous ensemble le matin pour éviter la chaleur de la journée mais je suis la première levée. Je sors directement dehors et je tombe des nus de sentir une telle chaleur ce matin. Je petit-déjeune et puis je vais chercher les juments pour les changer de parc, elles ont faim, je le sais et je ne le supporte pas. Elles m'attendent de pied ferme, j'attache tout le monde et c'est parti. Je n'ai jamais été aussi bien avec les trois. Mise à part Nina qui cherche toujours à marché loooooin à gauche de nous et qu'il faut tenir fermement, tout s'est très bien passé. Des filles un peu excitées devant l'étalon mais qui prennent sur elles et regardent droit donc au top. De toute façon, je vais être honnête, j'avais la sensation que je volais (pour vous dire mon état!). Devant le parc je me prépare  lâcher les taureaux mais même pas, elles ont mis la tête par terre hyper calmement. Je rentre, je redéjeune pour bien émerger et j'attends que tout le monde se lève. Teddy dort encore donc avec Guillaume et Elisa on part vers les juments. On croise Mag et les gosses donc on part tous ensemble voir les filles. Les petios étaient contents, petit Jules encore plus, il est "monté" sur Nina mais n'a pas plus apprécié que cela, par contre il a beaucoup caressé ma vieille ! On est rentré vers onze heure du matin. L'après-midi j'ai pas pu faire grand chose, la chaleur était à mourir et je devais partir tôt donc j'ai juste bronzé un peu ! 

 

Img 6682

 

17797548 158240671366121 515526820 o 1

Ajouter un commentaire